Home Page | Site Map | Partners | Treatment centers | About Us | Contact | Blog | My story  
 
 
 
 
La dépendance d'alcool

= Information générale =
  ^Set language^     alcoolism.org» alcoolism-fr» l'alcoolisme     Sub MENU  




Une vainqueur

Anne Mangeot et son livre

L'alcoolisme

Conformément aux directives de l'Organisation Mondiale de la Santé, qui ont à la base les recherches du professeur E.M. Jelinek sur la base d'étude de l'historique de la maladie de plus de 2000 de patients, le comportement des différents groupes sociaux vers l'alcool se peut classifier dans la manière suivante:


À ce schéma l'observatoire qui n'est pas initié il lui va paraître curieuse la catégorie marquée par la flèche, qui représente la catégorie des consommateurs qui boivent excessivement par habitude sans perdre pourtant l'autocontrôle sur la quantité consommée, dont les lésions physiques peuvent correspondre ave celles-ci des alcooliques dépendants ou peuvent être même plus graves.

Ici on doit faire une distinction claire entre le consommateur par habitude, qui a encore la capacité de contrôler par volonté la quantité d'alcool consommé ou même qui peut retourner à une consommation modérée et l'alcoolique dépendant qui n'est pas capable de retourner à une consommation contrôlée c'est-à-dire il a perdu l'autocontrôle.


Le dépendant d'alcool est celui qui ne peut pas s'arrêter de consommer
sans souffrir des états physiques ou psychiques désagréables
(l'alcoolique de type delta, le dépendant de doses petites)
ou celui qui
ingère dans des plusieurs fois tant d'alcool qu'il se fait mal à lui et aux autres
(l'alcoolique de type gamma et epsilon)


La caractéristique pour la dépendance est le désir irrésistible, continu ou temporaire, de procuration et ingération de l'alcool, aussi comme la tendance de croissance de la dose.

Le fait que le dépendant d'alcool est malade est évident pour ceux qui l'entourent mais pas pour lui. Il croit pour longtemps qu'il ne se comporte pas d'une manière différente de ses semblables ou cherche coupablement qu'il boit ailleurs. Le fait que celui en cause n'accepte pas être aidé ni quand il apparaît des complications organiques graves fait partie du tableau de la maladie.

Peu de gens alcooliques correspondent à l'image stéréotype et pleine de préjudices du buveur dépenaillé et en déclin. En fait dans la majorité des cas l'alcoolique normal est un homme ou une femme avec famille, travail et responsabilités.

Il y a des gens auxquels la consommation d'alcool les a apporté dans la dépendance psychique et/ou physique, qui ne peuvent plus contrôler combien ils boivent, ni juger le fait comment il se comportent alors quand ils boivent. Temporairement sinon permanent, ils sent un désir incontrôlable de consommer de l'alcool. Ce désir prend une importance croissante dans leur vie jusqu'il devient dominant. Il y a des gens qui à un moment donné dans leur vie ils ont commencé de boire ainsi comme la fait chacun de ceux qui boivent dans la société. À travers le temps, pour eux boire n'est plus une question d'autodétermination, mais une obsession.

Il n'existe pas un model comportemental qui soit considéré typique pour un alcoolique, les manifestations de ceux ci étant différentes d'une personne à l'autre, du même avec les conséquences. Certains alcooliques boivent journellement, les autres après certains intervalles, les uns boivent des quantités impressionnantes d'alcool, les autres très peu. Certains alcooliques boivent seulement de la bière, les autres seulement du vin ou boisson forte. Pendant que l'alcoolisme apparaît chez certains dans les années de la jeunesse, il se développe chez autres au parcours des plusieurs années. C'est pour ça q'on peut dire à bon raison q'on a de faire avec plusieurs types d'alcoolisme.

La dépendance d'alcool s'inscrit dans la ligne générale de la dépendance de substances nocives mais a aussi certaines particularités.

Généralement on parle de la dépendance physique seulement alors quand il apparaît des phénomènes de sevrage, mais les modifications métaboliques et les procès biochimiques cérébrales ont lieu plus tôt. Pour cette cause, la délimitation de la dépendance physique de celle psychique est assez arbitraire.

La dépendance physique est une conséquence de la consommation fréquente d'alcool et de l'adaptation graduelle de l'organisme avec celui-ci-la croissance de la tolérance.

Le dépendant physique est celui dont l'organisme a besoin d'alcool pour accomplir ses fonctions.

La sensation corporelle de normalité s'installe seulement alors quand l'alcool est présent. En échange celui en cause sent que quelque chose lui manque alors quand il doit se débrouiller sans alcool.
Si l'alcoolémie - la concentration d'alcool dans le sang - n'est pas rétablie après que l'alcool a été métabolisé, l'organisme ne peut pas se réadapter rapidement à son manque. Comme conséquence il apparaît certaines phénomènes de sevrage : des tremblements, des sensations de vomir, transpiration abondante, des troubles de sommeil, inquiétude. L'intensité de ces phénomènes s'élargie d'un simple état de faiblesse avec des troubles digestives jusqu'à des manifestations graves, parfois létales, le tel disant Delirium.
Mais les convulsions épileptiformes apparaissent justement pendant les pauses de boire ou en phase de désintoxication. Entre 5÷10% de ceux dépendants ont connu une telle crise pendant les premières 48 heures, plus fréquent entre 13 et 24 heures, de l'attouchement de l'état de lucidité.

La dépendance psychique est initialement le désir, et puis la nécessité obsessive d'une personne de s'appuyer dans la béquille nommée alcool, parce qu'ainsi on crée un état dans lequel les problèmes deviennent moins insolvables et beaucoup de situations de la vie quotidienne deviennent plus agréables ou en tout cas plus supportables.
La dépendance psychique s'installe sans l'observer par des raisons apparemment insignifiantes, par exemple à cause de la indisposition, de l'apathie ou parce que seulement avec une verre de boisson la joie est pleine.

Dépendant psychique est celui qui s'utilise de l'alcool pour obtenir l'état désiré de confort psychique et aussi pour résoudre les états de stress ou les indispositions.

Alors quand plusieurs situations de vie sont ressenties comme stressantes, ennuyeuses ou frustrantes, l'alcool gagne dans son importance pour l'équilibre psychique. Chaque perdue du contrôle sur la boisson est une défaite, de manière que de plus en plus d'énergie psychique est gaspillée dans l'effort de se contrôler.
Alors quand l'alcool n'est pas à la main, il apparaît le disconfort psychiqueou même la peur, ce qu'il détermine celui en cause de s'approvisionner et d'organiser sa vie entière de sorte que l'alcool soit à sa main. C'est ainsi qu'il se produise une liant émotionnel avec l'alcool, qui persiste encore pour longtemps après que la dépendance physique a été dépassée.


La désintoxication d'alcool, c'est-à-dire la dépasse de la dépendance physique,
dure généralement entre 5÷15 jours

La perte d'habitude d'alcool, c'est-à-dire la vaincue de la dépendance psychique,
se stabilise, généralement, après deux ans




Articles



Videos

  CONTACT  

Yahoo Messenger

Skype
My status

  online  

        Cautati & Tineti legatura & Distrati-va & Sprijiniti-ne = DESCARCATI BARA NOASTRA DE UTILITATI =        
  By LucasWebNet     copyright © 2009 alcoolism.org        
Home Page | Site Map | Partners | Treatment centers | About Us | Contact | Blog | My story
Articles | Videos | Tests | Advertise on alcoolism.org | Suport Us
Share
eXTReMe Tracker

-