Home Page | Site Map | Partners | Treatment centers | About Us | Contact | Blog | My story  
 
 
 
 
La dépendance d'alcool

= Information générale =
  ^Set language^     alcoolism.org» alcoolism-fr» la co-dépendance     Sub MENU  




Une vainqueur

Anne Mangeot et son livre

La co-dépendance

Pour longtemps l'alcoolisme a été considéré comme un problème de celui dépendant, qui était regardé comme une personne méchante et manquée de volonté, dont la guérison se pouvait réaliser par l'isolation de la famille et à l'aide des autres dépendants.

À l'heure actuelle l'alcoolisme est considéré comme une maladie de la famille, dans laquelle non seulement le dépendant est affecté mais la famille entière, chaque membre de celle-ci en ayant un rôle dans l'installation de la maladie, parce qu'à un porteur du syndrome lui correspond un entretient du syndrome, de telle manière comme à un pauvre lui correspond un aideur ou à un soufreur lui correspond un soigneur de la souffrance.

Un malade et un soigneur se trouvent et se complètent réciproquement, parce que les nécessités des ambes partenaires se mêlent parfaitement, l'un sentant la nécessité d'offrir de la protection, et l'autre d'être sauvegardé.

Le terme utilisé pour designer les membres de la famille d'un dépendant d'alcool est celui de co-dépendant. Mais le terme ne se résume pas seulement aux membres de la famille de l'alcoolique : partenaire de vie, enfants, parents, frères, mais aussi aux ses camarades de travail, ses amis, ses voisins, etc. Par extension, un co-dépendant est une personne de la proximité de l'alcoolique, une alliée de celui-ci et un double participant à la maladie.

Si initialement, au commencement des années 70, le terme de la co-dépendance a été introduit dans le domaine du traitement de la dépendance d'alcool, en se referant spécialement aux épouses des alcooliques, récemment le terme a commencé d'être utilisé génériquement pour décrire un style dysfonctionnel de faire la liaison avec ceux qui l'entourent.

Initialement les symptômes de la co-dépendance ont été considérés comme une réaction au stress de la vie à côté de l'alcoolique, et la peur, la honte, la souffrance et la furie exagérée des membres de la famille étaient regardées comme une réponse au comportement d'une personne très malade, qui a perdu le contrôle grâce à la dépendance dont il souffre.

Mais on a constaté que ces comportements ont continué d'être manifestés par les membres de la famille même aussi quand l'alcoolique est devenu abstinent.

Cette chose a attiré l'attention des spécialistes, qui se sont rendu compte qu'il s'agissait d'une autre maladie qui affecte la famille, et les causes cachées de ce comportement dysfonctionnel ont contribué en fait à l'aggravation de la consommation d'alcool du dépendant.
Le terme de co-dépendant a été utilisé pour aider les familles et les partenaires de vie d'un alcoolique à comprendre les réactions et les comportements qu'ils développent par vivre à côté d'un alcoolique.

Une personne co-dépendante est décrite comme étant une personne spéciale, comme il faut, altruiste parce qu'apparemment elle est préoccupée par le destin de ceux qui l'entourent, en étant toujours disposée d'aider et de soigner ceux-ci. Ses désirs et ses essais de soigner une personne en difficulté, ont à la base des bonnes intentions, mais le soin devient compulsif et nocif et rattrape le co-dépendant dans un cercle vicieux dans lequel il n'obtient plus des satisfactions et dont il ne peut pas sortir. Les co-dépendants prennent souvent le rôle d'un martyr et deviennent les bienfaiteurs d'une personne qui les nécessites.

Ces essais répétés de sauver, déterminent la personne qui reçoit l'aide de développer un comportement destructif par lequel il devient de plus en plus dépendant des actions de salvation du bienfaiteur, et le co-dépendant le plus aide il offre, le plus satisfait il se sent, en lui plaisant l'hypostase de bienfaiteur.

Le comportement co-dépendant résulte de la tendance d'exercer trop beaucoup contrôle sur les sentiments, les pensées et les actions des autres personnes, par lesquels on obtient des petites avantages dans les opportunités de satisfaire ses propres désirs.

Les co-dépendants confondent souvent ce qu'ils sont et ce que sont les autres en considérant qu'ils sont le centre du monde d'autour d'eux et que le bonheur ou le mal bonheur des autres dépend d'eux. Ils arrivent d'organiser leur vie pour recevoir l'approbation des ceux qui l'entourent, chose qui donne du sens et valeur à leur vie. Pas de trop de fois les co-dépendants continuent de rester dans une relation indifférent de destructive elle est pour leur propre personne.

Les formes de comportement co-dépendant dans la famille sont:

  • La prise des responsabilités au lieu de la personne dépendante.
  • Le disculpation du comportement de la personne dépendante devant les personnes appropriées, les parents, les amis, les camarades de travail ou les supérieurs.
  • L'aide de l'alcoolique par l'exemption de différentes activités difficiles.
  • Le contrôle du comportement et de la vie de l'alcoolique par éviter la participation aux différents événements et situations dans lesquelles il sait qu'on consomme des boissons alcooliques, la délimitation des tâches en vue d'éviter une possible consommation d'alcool, la cherche des réserves de boisson et leur jet, la preuve par des arguments des affirmations menteuses de l'alcoolique.
  • L'insincérité vers la personne dépendante, vers des autres personnes et vers soi-même en ce qui concerne la réalité et les sentiments produits par la dépendance.
  • La tendance d'être parfait en tout ce qu'il fait, croit, pense du désir d'être admiré et apprécié par ceux qui l'entourent.

Aussi que la dépendance d'alcool, la co-dépendance connaît sa propre évolution étroitement liée de l'évolution de la dépendance en suivant des plusieurs des phases caractérisées par des certaines attitudes.

Dans les premières phases de la dépendance d'alcool quand l'alcoolique consomme encore occasionnellement, le co-dépendant adopte une attitude protectrice. Il cherche de pardonner le comportement du partenaire en trouvant une palette diverse de raisons qu'il expose à ceux qui l'entourent.

Le plus la quantité d'alcool du partenaire augmente, le fort croît aussi la nécessité de trouver le coupable de la situation dont on est arrivé, mais parce que pas de peu de fois il est le cible des reproches, des accusations, des culpabilités de la consommation d'alcool, le co-dépendant arrive à croire qu'il est la cause. Il arrive de douter de sa qualité comme personne, comme époux/épouse, parent. Parce que cette situation détermine une pression trop grande pour le co-dépendant, celui-ci cherche de prouver à soi-même et à ceux qui l'entourent qu'il est une personne parfaite. Il essaie de contenter tout le monde, il prend de plus en plus de responsabilités dans la maison, il résoudre des situations difficiles, en considérant que seulement ainsi peut déterminer le partenaire de renoncer à boire.

Mais au contraire des attentes l'alcoolique ne réduit pas la consommation d'alcool, mais même il l'augmente, situation qui détermine du part du co-dépendant une nouvelle réaction en devenant contrôleur. Cette réaction apparaît de la nécessité de tenir sous contrôle une situation qui a perdu son contrôle, en vue de réduire l'état de pression et de rétablir la sécurité. Le co-dépendant arrive à contrôler tout ce que l'alcoolique fait, il suivit tous les aspects de la vie et même il cherche de lui organiser la vie du désir de le tenir le plus loin possible des sources de procuration de la boisson.

Parce que l'estime du sien du co-dépendant se détériore progressivement, celui-ci entre dans une nouvelle étape, celle de désapprobateur. Le co-dépendant commence à projeter sur l'alcoolique des sentiments de furie, peur, échec, celui-ci en étant vu comme la seule raison des problèmes existants.

Progressivement le co-dépendant perd aucune capacité d'enrichir son estime et cherche de se protéger par l'isolement. Celui-ci est le moment quand il arrive de se rendre victime, de se plaindre et de ne désirer plus d'aider, d'appuyer personne. Il rompe les relations avec les amis ou les personnes appropriées, les parents, en arrivant de s'isoler dans un monde du sien, plein du chagrin.

Mais par l'assume de plus en plus de responsabilités au lieu de l'alcoolique, initialement en jouant le rôle de protecteur, ultérieur de contrôleur et puis de désapprobateur, le co-dépendant entre dans la dernière phase de son évolution c'est-à-dire la tolérance. Ce comportement permet à l'alcoolique d'éviter les conséquences de son comportement, parce que les essais désespérés du co-dépendant de manipuler et de contrôler son comportement, en fait, lui a offert du support et encouragement.

La nécessité d'accorder de l'aide aux co-dépendants est vitale, si on désire le rétablissement de l'harmonie et de la fonctionnalité du couple et de la famille, surtout dans la situation dans laquelle l'alcoolique même traite sa dépendance.

La récupération des co-dépendants suppose l'utilisation des certaines méthodes variées avec le but de transformer et accepter la douleur provoquée par le passé et l'avenir, en vue de l'acquisition d'un nouvel style de vie. Mais cette récupération ne peut pas se réaliser dans un temps très court, parce que l'installation de la co-dépendance même s'est réalisée en temps. Beaucoup de fois la récupération s'agrandit tout au long de la vie. L'aide de spécialité offre l'opportunité de l'identification des facteurs qui ont contribué à l'installation du comportement co-dépendant et sont fournies effectivement des stratégies utiles d'être utilisées dans des situations dans lesquelles il peut réapparaître le comportement.




Articles


Videos

  CONTACT  

Yahoo Messenger

Skype
My status

  online  

        Cautati & Tineti legatura & Distrati-va & Sprijiniti-ne = DESCARCATI BARA NOASTRA DE UTILITATI =        
  By LucasWebNet     copyright © 2009 alcoolism.org        
Home Page | Site Map | Partners | Treatment centers | About Us | Contact | Blog | My story
Articles | Videos | Tests | Advertise on alcoolism.org | Suport Us
Share
eXTReMe Tracker

-